jeudi 24 septembre 2015

Redonner un rôle économique majeur au Marché Libre

Le marché Hors Cote, ancêtre du Marché Libre, a été très actif et s’est fortement développé en ouvrant la voie du financement des PME avec l’actionnariat individuel jusqu’à la fermeture des bourses régionales en 1991 (1).
Suite à la Directive 93/22/CEE, le Hors Cote a disparu pour donner naissance au Marché Libre d’Euronext en 1998.

Le Marché Libre a l'avantage de ne pas être règlementé. Les entreprises ne sont soumises qu'aux obligations prévues par le Code de commerce. Il est donc simple d’accès avec l’accompagnement d’un Listing Sponsor agréé par Euronext.

Il est cependant à déplorer que, fort de cette absence de règles, une fois cotée la plupart des sociétés n’a ni politique de communication financière ni stratégie d’augmentation du flottant. Ce qui entraine une absence quasi totale de liquidité de leurs titres.

Cette situation constitue un véritable paradoxe au regard des avantages que doit apporter la cotation en bourse : notoriété, visibilité, réalisation de levées de fonds et instrument de liquidité pour les actionnaires.

En effet, sur les 267 entreprises inscrites, une soixantaine cotent régulièrement avec des échanges une ou plusieurs fois par semaine, une cinquantaine ont une cotation une fois par mois et environ cinquante inscrivent un cours par semestre. Les autres, soit le plus grand nombre, ne cotent pratiquement jamais. Enfin, une vingtaine de sociétés sont en liquidation et figurent toujours sur la cote sans aucun signe pour les distinguer des autres sociétés.
(1) CIIB, premier acteur historique des introductions en bourse de PME, demandait aux PME qu’il introduisait sur le Hors Cote d’organiser un contrat de liquidité et de consacrer un budget de communication financière. Il a ainsi apporté 54 PME aux 7 Bourses régionales.


 Le "Hors Cote d’acclimatation" de CIIB a ouvert la voie au Second Marché, où près d’un millier de PME régionales furent financées en fonds propres.

Afin de crédibiliser à nouveau le Marché Libre, nous sollicitons Euronext de retirer de la cote (ou tout au moins les isoler dans une sous-catégorie) les sociétés liquidées ainsi que celle n’ayant pas un minimum de flottant ou ne faisant aucun effort d’animation du titre et de communication financière. Ce qui apporterait un meilleur éclairage des sociétés voulant véritablement jouer le jeu de la bourse et s’y acclimater à moindre coût.

Par ailleurs, Marchelibre.com (spécialiste des petites capitalisations) et CIIB (Listing Sponsor) planifient ensemble des séminaires de formation "Sociétés du Marché Libre, dynamisez la cotation de vos actions".
L’objectif étant d’apporter au PME les clés leur permettant de bénéficier des avantages de la cotation en Bourse : notoriété, visibilité, réalisation de levées de fonds et instrument de liquidité pour les actionnaires.



Enregistrer un commentaire